Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
Antisémitisme : refuser le mot pour combattre la réalité.
Jean-Pierre Cavalié.
vendredi 22 février 2019
publié par Christian Maurel

Antisémitisme : refuser le mot pour combattre sa réalité

Dans la suite de la question de « l’aggravation de l’antisémitisme en France », voici un compte-rendu rapide du discours d’Emmanuel Macron au diner du CRIF, mouvement, pour celles et ceux qui ne le saurait pas, pas vraiment représentatif, mais surtout défenseur inconditionnel de l’Etat d’Israël et sioniste.

Comme Pierre Stambul de l’Union juive française pour la paix (UJFP), je pense que le mot « antisémitisme » est dangereux : pourquoi employer un mot spécifique pour désigner le racisme à l’encontre des personnes juives ? Avons-nous fait de même pour celui qui touche les personnes noires, roms… ? Non bien sûr !

A mettre à part le racisme contre les Juifs, nous risquons de mettre à part les Juifs et de tomber ainsi dans la logique du racisme. Si nous la refusons, ne pourrions-nous pas « boycotter » le mot antisémitisme ? Ce serait peut-être un bon moyen de lutter contre la réalité de l’antisémitisme en traitant les personnes juives comme tout le monde, ni plus, ni moins, affirmant ainsi notre refus de tout racisme, sans discrimination aucune.

Jean-Pierre Cavalié.

Discours d’Emmanuel Macron au dîner du Crif : ce qu’il faut retenir.

Dans un discours prononcé lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ce mercredi soir à Paris, Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces pour lutter contre l’antisémitisme :

- Le chef de l’État a notamment annoncé que la France allait adopter dans ses textes de référence une définition de l’antisémitisme élargie à l’antisionisme. « L’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme », a-t-il déclaré.

- La députée LREM Laëtitia Avia va déposer une proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet « dès le mois de mai », a-t-il également fait savoir.

- Sera aussi lancé un « audit » des établissements scolaires touchés par la « déscolarisation » des enfants de confession juive. Déplorant que des élèves de certains quartiers soient « trop souvent » obligés de « quitter l’école publique », le président de la République a chargé son ministre de l’Éducation d’évaluer ce phénomène pour que l’école joue à plein « son rôle de rempart républicain ».

- Il a enfin a demandé la dissolution d’« associations ou groupements » racistes ou antisémites, à commencer par les organisations d’extrême droite Bastion social, Blood and Honour Hexagone et Combat 18.

- « Depuis plusieurs années, et la situation s’est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays - comme d’ailleurs l’ensemble de l’Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales - est confronté à une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale », a également déploré Macron, ajoutant qu’« à nouveau, depuis plusieurs années, l’antisémitisme tue en France ».

Cherbib Mouhieddine.


Répondre à cet article