Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPolitiques publiques
37ème jour de grève contre le projet de réforme des retraites
« Avec la réforme des retraites se jouent notre avenir comme celui de nos relations sociales »
Agathe, co-porte-parole du collectif Nos retraites. Entretien publié par la revue Regards
vendredi 10 janvier 2020
publié par Madeleine Abassade

L’entretien avec Agathe co-porte-parole du collectif Nos retraites est publié sur le site de la revue Regards http://www.regards.fr/. La version écrite nous la recopions, ci-après, pour les lectrices et lecteurs du site Education Populaire & Transformation Sociale.

Un propos clair qui expose la situation, où "le mouvement de grève national apparait comme un vecteur de discussions et de réflexions" contre le "rideau de fumée de la part du gouvernement" à propos de la réforme des retraites.

37ème jour de grève contre le projet de réforme des retraites, lendemain d’une grosse mobilisation, proposition d’un avant-projet de loi : Agathe, co-porte-parole du collectif Nos Retraites.

Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 10 janvier 2020

Sur l’avant-projet de loi sur la réforme des retraites

« L’objectif du gouvernement, c’est de diminuer le niveau des pensions dans les richesses que l’on produit : on n’ira pas au-delà de 14% du produit intérieur brut alloué à nos retraites alors même que l’on sait qu’il va y avoir des besoins en hausse avec un nombre supérieur de retraités à l’avenir. »

« Aujourd’hui, les retraités représentent 25% de la population et seront 27% d’ici 2050. » « Plafonner les ressources allouées aux retraites alors que le nombre de bénéficiaires augmente conduit à une baisse automatique du niveau des pensions de tout le monde. » « Le système de retraites par points permet d’ajuster automatiquement le niveau des pensions au niveau d’argent que l’on met dans le système. » « Ce sera, en théorie, la dernière réforme des retraites : il n’y aura plus de débat démocratique sur l’argent que l’on met dans nos retraites, la façon dont on le répartit, l’âge auquel on part à la retraite… »

Sur le soi-disant déficit du régime des retraites

« Il y a un déficit à court terme que le gouvernement a essayé de mettre en scène. Cela été un échec au mois de novembre dernier en commandant au Conseil d’orientation des retraites (COR) un rapport qui devait expliquer que l’on avait une difficulté de financement dans les années à venir – c’est vrai selon le COR, mais c’est le fruit de conventions comptables et ça se discute d’un point de vue économique. » « Le déficit [du régime des retraites selon le COR] tournerait autour de 30 milliards. » « Vis-à-vis de ce déficit, le gouvernement dit qu’on ne peut pas démarrer la réforme, c’est-à-dire passer à la retraite par point, en étant en déficit. Il propose donc des mesures d’allongement de la durée du travail pour les gens qui vont partir à la retraite dans les prochaines années. » « Cette réforme est d’autant plus grave que le gouvernement essaie de faire croire que certains ne seront pas concernés par la réforme. »

Sur les pistes pour répondre au soi-disant déficit du régime des retraites identifié par le Conseil d’orientation des retraites

« La première des pistes, c’est discuter du niveau des cotisations que l’on alloue, c’est-à-dire des recettes données au système de retraite, mais aussi d’avoir le débat avec la population. » « La question qu’il faut se poser, c’est : est-ce que je préfère que mes proches ou mes parents travaillent un an ou deux de plus, ou bien est-ce que je préfère que tout le monde paie un peu plus de cotisations ? »

Sur ceux qui seront le plus touchés par la réforme des retraites

« Ce que l’on comprend, c’est que tout le monde sera perdant : le niveau général des retraites de tous va baisser mécaniquement. » « Le gouvernement essaie de nous dire qu’il y aura des gagnants, les femmes notamment – mais ça, je crois qu’on a tous compris que ça ne pouvait être que faux. » « Le problème des pseudos gagnants du gouvernement, c’est que l’on ne sait pas qui ils sont dans la mesure où le gouvernement ne fournit aucun chiffre, ni aucune simulation. »

Sur la notion de carrière complète

« Le gouvernement a réussi à faire passer l’idée selon laquelle le minimum de pension de 1.000 euros serait accessible à tout le monde alors même qu’on voit très bien, y compris dans leurs écrits, que ces 1.000 euros ne seraient accessibles qu’à ceux qui auront une carrière complète. »

Sur la revalorisation salariale au profit des chercheurs et des enseignants

« C’est incroyable qu’il faille arriver à un tel niveau de tensions avec un corps de la fonction publique pour enfin parler de hausses de salaires. » « Ce que les enseignants disent, c’est : où sont les chiffres ? Montrez-nous les preuves de ce que vous avancez ! »

Sur les mobilisations actuelles

« La grève est un vecteur incroyable de mobilisations et de discussions qui permet à chacun de se positionner par rapport aux grévistes qui se battent pour tout le monde. » « Sur la question des retraites, il y a un clair déni de démocratie de la part du gouvernement. » « Il y a un problème avec la façon dont le débat est posé dans les médias : c’est un débat beaucoup trop technique ce qui empêche l’implication des gens. « Les gens se questionnent évidemment sur ce qui va leur arriver personnellement mais aussi sur le système que cela représente autour d’eux. » « Pour beaucoup, se poser la question de son avenir ou celui de ses enfants, c’est aussi se poser la question des relations sociales que l’on va avoir entre nous. » « Si moi, je n’ai pas de retraite stable à l’avenir, ça va changer complètement la relation que j’ai avec mes frères et sœurs, mes parents ou mes enfants parce qu’il faudra que j’essaie de trouver des moyens de subvenir à mes besoins quand je ne pourrai plus travailler. »

Sur la retraite par points

« La retraite par points, c’est un changement complet de logique du système de retraite : cela va nous faire passer d’un système à prestations définies, c’est-à-dire que je sais de la prestation dont je vais bénéficier quand je vais arriver à la retraite (un système qui a ses défauts et qu’il faut probablement changé mais qui permet aux gens d’être sécurisé sur leur avenir à la retraite), à un système par cotisations définies. On saura combien on cotise mais pas combien on touchera une fois à la retraite car cela variera en fonction de critères donnés par le gouvernement, à savoir l’espérance de vie d’une génération, l’argent que l’on met dans le système… »

- L’entretien peut aussi être écouté intégralement sur le site de la revue Regards : http://www.regards.fr/la-midinale/a...


Répondre à cet article