Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMonde du travail
Assemblée générale ( 14, 15et16 décembre 2018 ) de la convergence des services publics
ENSEMBLE, A LA RECONQUETE DE NOS SERVICES PUBLICS
CRETEIL .
dimanche 20 janvier 2019
publié par Marc Lacreuse

ENSEMBLE , A LA RECONQUETE

DE NOS SERVICES PUBLICS

*********************

- Vous trouverez ci-joint le texte issu de l’assemblée générale des 14 15 et16 décembre de la convergence des services publics à Créteil :

Le mouvement social des gilets jaunes que nous connaissons actuellement porte, malgré son hétérogénéité, des revendications contre les inégalités, l’injustice sociale et fiscale, contre le mépris du gouvernement envers les citoyens et le rétrécissement des espaces démocratiques.

Les demandes de rétablissement de l’ISF, d’accès aux services publics, d’augmentation des salaires et des retraites, de démocratie, qu’ils expriment sont partagées et portées par la Convergence.

Le mouvement lycéen, en réponse notamment aux inégalités territoriales, à parcoursup et à la mise en œuvre des « spécialités pour le bac », porte les mêmes exigences de démocratie et d’égalité avec l’accès à une formation de qualité pour toutes et tous et l’écoute des revendications de la jeunesse.

Les mobilisations pour le climat mettent aussi en avant le lien entre l’urgence de la justice sociale et fiscale et l’urgence climatique.

L’intensification du combat féministe ces dernières années est également porteur d’exigence de dignité, d’égalité, de services publics.

L’exigence de service public est également portée sur l’ensemble du territoire par d’innombrables mobilisations impliquant de nombreux citoyens – usagers, personnels, élus – comme la marche des oreilles pour le maintien de l’hôpital du Blanc et la réouverture de sa maternité. Elle l’est bien sûr, depuis l’origine, portée par l’ensemble du mouvement social à commencer par les organisations syndicales.

Dans la poursuite des actions et des travaux de la Convergence, de ses collectifs locaux et des organisations syndicales, associatives et politiques ayant décidées de s’y associer notre assemblée générale des 14,15 et 16 décembre 2018 a décidé de rencontrer l’ensemble des acteurs du mouvement social et des forces politiques de gauche en vue :

1 - d’être à l’initiative d’assemblées citoyennes de débat sur ces questions de justice sociale et fiscale et d’exercice de la démocratie ;

2 - de poursuivre son action pour contrer les projets de casse de la fonction publique, des services publics, de la sécurité sociale et de toute solidarité menés par le gouvernement avec Action Publique 2022 ;

3 – de poursuivre les actions de défense, de développement et de démocratisation des services publics avec :

· Le renforcement et le développement de l’implantation de collectif locaux ;

· La mise en place d’une consultation citoyenne pour le maintien et le développement d’un service public postal de proximité ;

· La dotation de moyens spécifiques pour informer la population de leurs droits et les aider à les exercer en agissant pour de véritables services publics (eau, énergies, transports, logement, santé…) en partenariat avec les associations et coordinations œuvrant en ces domaines ;

· Le référencement et le soutien à toutes les luttes existantes d’initiatives citoyennes, de collectifs, de coordinations, syndicales ou associatives sur les services publics (santé, rail, poste, pôle emploi, orientation, formation, logement éducation, …) ;

· La mise en place d’ateliers en vue d’aboutir à des actions et des propositions convergentes sur l’écologie, les retraites et la sécurité sociale, la fiscalité et le financement des services publics, les services publics en Europe ;

L’ambition de la Convergence est donc dans cette période et dans celle à venir d’impulser avec les citoyennes, les citoyens et les organisations qui le souhaitent, un mouvement de reconquête de nos services publics.

Ils sont nécessaires à la vie des femmes et des hommes de nos communes rurales, urbaines et de banlieue. Ils sont le creuset de notre République, vecteurs d’égalité et des outils essentiels de la puissance publique nécessaire à l’aménagement du territoire, à l’effectivité de politiques économiques, sociales et écologiques permettant d’œuvrer pour l’intérêt général, les conquis sociaux, la transition écologique et l’accès aux droits.

À nous d’exiger, ensemble, leur développement et leur réimplantation pour en faire un outil démocratique répondant aux besoins de nos concitoyens.

Convergence SP


Répondre à cet article
Messages de forum :
ENSEMBLE, A LA RECONQUETE DE NOS SERVICES PUBLICS
jeudi 31 janvier 2019
Nathalie Incorvaïa

Agent active d’un service municipal ambitieux, le service "vie des quartiers" à Aubervilliers dans le 93 qui inlassablement depuis 20 ans essai d’obtenir plus de transversalité dans le service au public, en alliant lien social, cadre de vie et inclusion sociale...besoin de capitalisation des expériences ! Arrivée du Campus Condorcet en fin d’année 2019, comment établir un réseaux d’acteurs efficients...J’ai un peu de temps et une salle de quartier en centre ville à mettre en partage, bien cordialement.

Nathalie Incorvaïa 06 21 41 27 82 Blog de quartier pour creuser http://centreville-victorhugo.auber...




Répondre à ce message


ENSEMBLE, A LA RECONQUETE DE NOS SERVICES PUBLICS
lundi 28 janvier 2019
Tual Bernard

Je suis en total accord avec ces propositions. Je vous adresse un message transmis récemment aux députés de ma Région. Cordialement. B Tual Citoyen rennais.

Expéditeur : Bernard Tual <btual@wanadoo.fr> Date : 19 janvier 2019 16:42:55 UTC+1 Destinataire : Maillard-Mehaignerie Député <laurence.maillart-mehaignerie@assemblee-nationale.fr>, Francois.Andre@assemblee-nationale.fr, Pierre-Alexandre Houver <pierre-alexandre.houver@clb-an.fr> Objet : Grand débat

Bonjour,

Merci de transmettre au Président, dans le cadre du débat national qu’il vient de lancer.

Cordialement.

B Tual Citoyen rennais 68 bd de Metz 35700 Rennes.

Monsieur le Président,

Dans votre lettre aux français vous demandez, en préalable, quels sont les impôts qu’il faudrait diminuer en priorité, avant d’annoncer que la conséquence sera de réduire, voire de supprimer des services publics. Manifestement, la méthode proposée n’est pas la bonne, car cela revient à mettre la charrue avant les beufs. Elle doit au contraire être inversée. En effet, si on part du principe que le modèle français mis en avant doit reposer sur une maîtrise équilibrée des notions complémentaires d’intérêt général et de services publics, primordiales pour définir un juste niveau du bien-être social équitable, il faut d’abord s’attacher à en en redéfinir les contours puis, dans un second temps, s’attacher à définir ce qu’il est possible de faire tous moyens confondus et équilibrés, tant par l’impôt que, notamment, par le recours incontournable au tissu associatif avec un bénévolat enfin reconnu et valorisé. Il est certain qu’il faudra, á un moment, trancher entre l’idéal et le faisable, mais cela ne doit venir qu’en seconde étape pour ne s’interdire aucune hypothèse.

Commencer par vouloir supprimer des impôts est une erreur, voire un non sens.

Une nouvelle fiscalité totalement refondue, équitable et consentie ne peut reposer que sur la garantie absolue qu’elle sert à financer des dépenses unanimement reconnues comme indispensables au bénéfice de tous (santé, sécurité, justice, éducation, petite enfance, grand âge, insertion sociale et professionnelle, services publics locaux). Commencer par vouloir réduire des impôts est sans doute une grave erreur. Ce qu’il faut, c’est garantir, en même temps, selon la formule consacrée, les dépenses d’ INTERÊT GÉNÉRAL et la justice fiscale dans leur prise en charge en fonction de la capacité contributive de chacun. Dans cette logique, même les citoyens les moins aisés seraient appelés à contribuer selon leur capacité, ce qui mettrait enfin un terme à leur stigmatisation trop fréquente (ces fainéants, ceux qui ne sont rien, ces profiteurs, ceux qui déconnent...). Et s’il faut instaurer des contrôles pour identifier les abus, il faut impérativement garantir que ces contrôles seront aussi rigoureux pour les plus riches qui fraudent que pour les plus démunis, sans quoi le sentiment d’injustice perdurera inévitablement. Toute autre méthode ne peut conduire qu’à une réforme contestable, car imparfaite et á de fortes désillusions maintenant des rancœurs toujours explosives. Pour répondre aux enjeux "par des idées claires", il faut énoncer correctement le problème à résoudre, car une partie de la réponse est dans l’énoncé. Il ne faut pas confondre la cause et l’effet.

Et surtout, il est urgent de ne plus employer de formules maladroites, trop souvent perçues comme agressives, dans les discours car, ainsi que vous le soulignez, "si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait ". C’est vrai á tous les niveaux. Comme vous, je souhaite vivement que ce grand débat produise les effets attendus pour instaurer un climat de paix et de justice dans notre Pays. Encore faut-il l’engager sur de bonnes bases.

B Tual Citoyens rennais.

Envoyé de mon iPad




Répondre à ce message