Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
En réaction à l’appel à réunir des Etats Généraux de la transformation écologique, sociale et politique.
Contribution de Claude Ramin.
dimanche 27 janvier 2019
publié par Christian Maurel

Bonjour Christian.

Bonjour Marc.

Je vais encore une fois de plus tenter de mettre en avant un point laissé en déshérence, mis à part pour une infime … infime minorité.

Ce point quel est-il ? Ne vivons-nous pas, que nous soyons d’ici ou d’ailleurs, sur un support UNIQUE et COMMUN à l’ensemble du vivant que nous devons PARTAGER ; l’être humain n’étant qu’une partie du vivant et ne pouvant pas survivre sans les autres parties, tout comme il ne peut survivre, et encore moins vivre, sans les autres.

Ce point n’est ni un « supplément d’âme », ni un « détail » !, il est ESSENTIEL. C’est, avec l’EGALITE RÉELLE, LA condition pour pouvoir espérer que l’ensemble du vivant puisse tout simplement continuer à vivre … La planète continuera à tourner, mais la Terre nourricière est devenue une chose, une marchandise comme l’être humain …

Comment pouvons-nous, (pour faire bref : nos générations des « trente glorieuses », glorieuses pour qui ?, où ?, comment ?,…), continuer à faire et penser à l’identique sans se soucier des jeunes générations et celles à venir, d’ici et d’ailleurs ?

Parler d’écologie ne suffit pas à masquer que nous continuons à réfléchir à partir de ... l’économie, toujours l’économie en premier.

N’avons-nous pas encore compris que l’État n’est pas là pour réguler mais pour accompagner ce système inique, d’ailleurs le maitre mot/maux n’est-il pas : "il faut S’ADAPTER !"

Et même si nous changions de constitution, dans le cadre de la république héritée de 1789, (nous avons coupé la tête du roi et de la reine, pour aujourd’hui élire … le roi ou la reine, les roitelets et les roitellettes), l’État restera corseté par les grandes institutions internationales AU SERVICE DU CAPITAL ... son impensée étant devenue hégémonique !

… Et pourtant, paradoxalement, c’est le seul système qui continue à se révolutionner en permanence …

Le dérèglement climatique LIE AUX ACTIVITÉS HUMAINES (la deuxième partie étant systématiquement absent … comme si elle tombait du ciel !) ne va pas se solutionner par la marchandisation de tout le vivant pour le faire rentrer dans les algorithmes ... fût-il soit disant plus justement réparti !!!

Et la destruction de la terre nourricière ... après le marché carbone pour soi-disant « décarboner » l’économie !, va-t-on taxer aussi les pesticides ... sous-entendu permettre ainsi la continuation de la destruction ; idem pour la pollution atmosphérique, celle de l’eau, les transports, … cela ne va pas se solutionner par la hausse des carburants ..., ni par l’augmentation du pouvoir d’achat ! …

Ne sommes-nous pas plutôt devant la nécessité d’un CHANGEMENT RADICAL NON VIOLENT (à la RACINE, et non le grand soir !) DE FAIRE ET DE PENSER, les deux étant intrinsèquement liés, là où nous vivons ?

La démocratie est aussi et peut-être avant tout une question de taille.

Comment y parvenir face à la précarité organisée, la plupart du temps subie, les personnes étant ballotées comme fétus de paille et la plupart du temps HORS SOL ?

La question ESSENTIELLE n’est-elle pas celle du sens de la vie, du travail au sens de l’activité, de l’élaboration de règles COMMUNES permettant de FAIRE A NOUVEAU SOCIÉTÉ ? …

En quelque sorte comment NOUER le singulier et le pluriel, l’individualité et le collectif par l’entrelacement de nos modes de pensées et de nos modes d’organisations afin de RECONSTRUIRE LE COMMUN.

Et pour terminer : voici ce qu’écrivait Edouard Glissant : « Les cultures occidentales ont inventé la notion d’universel pour imposer en fait leurs propres « valeurs » comme valables pour tous et nous imposer la notion même de valeur. Cette catégorie d’universel est une tromperie complète. Les gens qui la prônent refusent la diversité du monde. »

Claude Ramin.


Répondre à cet article