Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMouvements sociaux
TRIBUNE COMMUNE
GILETS JAUNES, VERTS, ROUGES , ROSES, CONVERGEONS !
mercredi 5 décembre 2018
publié par Marc Lacreuse

GILETS JAUNES, VERTS, ROUGES, ROSES, CONVERGEONS !

TRIBUNE COMMUNE

Par Jacques Bidet Philosophe Philippe Boursier Professeur de SES Patrick Chamoiseau Ecrivain Stéphanie Chevrier EditriceLaurence De Cock Historienne Annie Ernaux Ecrivaine, Christine Delphy Féministe Mathilde Larrere Historienne,Gérard Noiriel Historien, Willy Pelletier Sociologue, Barbara Romagnan Ex-députée

********************

" La situation est quasi insurrectionnelle. Aux heurts des Champs-Elysées s’ajoutent les heurts de Marseille, Toulouse, la préfecture brûlée au Puy-en-Velay, un centre commercial ravagé à Saint-Etienne. Mais surtout des milliers de barrages permanents depuis trois semaines, nuit et jour, sous la pluie, le froid, la colère, les rires, les engueulades parfois, dans le mélange, le partage des grillades, des couscous, des thés, Ricard, cubis de rosé, les loukoums. Les barrages, ce sont aussi les anniversaires fêtés ensemble, les covoiturages, les solidarités concrètes qui s’organisent, les prêts d’outils, les coups de mains pour les enfants. Sur les barrages, avant, on ne se connaissait pas, les plus proches de soi, parfois, on les fantasmait menaces. Notamment en monde rural pauvre. Avant, on votait à l’opposé souvent, maintenant au moins, on est d’accord sur ce qui nous empêche de vivre : les cadeaux inconditionnés aux plus riches, l’apothéose de leurs coffres-forts, Macron qui les sert, nous méprise, ne nous connaît même pas, et les DRH qui licencient. Avant, on ne parlait pas d’écologie. Sur les barrages, chaque heure tout le monde en cause, et tombe d’accord : réduire les pollutions, c’est taxer les entreprises polluantes, taxer le kérosène, baisser le prix des voitures propres, refaire des lignes de train de proximité au lieu de les réduire, baisser les billets des transports publics, les rendre gratuits parfois, refaire des services publics de proximité au lieu de les détruire… Autrement sans voiture, on fait comment ?

Réduire ce mouvement à la violence est une erreur. C’est refuser de voir que s’y tissent des sympathies, tant d’affections neuves, et ce sentiment d’être ensemble, en commun, coude à coude, cause commune. Quand les modernisations libérales exacerbent les concurrences dans et pour l’emploi, insécurisent les carrières, les avenirs, explosent les collectifs de travail, séparent, isolent les souffrances, et empêchent qu’entre salariés se forge l’intérêt commun qui, hier, faisait voir le collègue, les jeunes, les travailleurs immigrés, comme des semblables. Ce mouvement ne divise pas, il réconcilie. Avant s’avivaient partout, le chacun seul, chacun pour soi, un « chacun sa merde » vécu dans l’isolement, un sauve-qui-peut général. Maintenant, nous sommes ensemble. Ce mouvement est une colère et un bonheur. La forme qu’il prendra dépend aussi de l’implication qu’y auront les différents militants de l’égalité, de l’écologie, de gauche.

Certains s’indignent de vitrines brisées, de voitures brûlées. Mais où est la violence, la vraie, dissimulée, perpétuelle, qui sans cesse ruine les vies ? Où est l’obscénité, l’insupportable ?

La violence est à Pôle Emploi, aux guichets sociaux des services publics, avec des agents empêchés d’aider. Et des millions de chômeurs ou de pauvres, surtout des femmes, des jeunes, méprisés, sans prise sur l’avenir, dans l’insécurité économique ad vitam, qui ne reçoivent rien.La violence est chaque mois, quand au 12, plus un centime, carte bancaire rejetée, et qu’enflent les découverts. La violence est aux urgences des hôpitaux publics sommés d’être rentables. La violence est dans les impayés de loyer, de gaz, d’électricité, qui s’amoncellent, et les lettres de recouvrement chaque jour. La violence, elle est sur les chantiers, dans les usines, les hypermarchés. Dans l’intensification du travail. Sur un chantier, André a eu le bras broyé. René s’est fait amputer de deux doigts par sa machine. Caissière, Samia rentre chez elle cassée du dos, en CDD, avec un emploi du temps « à trous » qui l’empêche de voir sa fille. Tous pour un salaire de rien : 1 000 euros, trois restaurants pour ceux qui ne payent plus l’ISF. Depuis 1995, les maladies professionnelles ont plus que doublé, les salaires, les retraites, dégringolent, les droits au travail ont été cassés, les profits flambent et ne sont plus imposés quasiment. Ce sont des chiffres ? Non, ce sont des vies. Des vies de douleurs, d’angoisses. Des vies où se soigner devient difficile, car il faut payer de sa poche les forfaits et franchises, les dépassements d’honoraires, les médicaments plus remboursés, les mutuelles qui augmentent. La violence, ce sont les cantines des enfants impossibles à régler, les Ehpad sans secours. Dans certains clubs de judo dans l’Aisne, la cotisation est de 20 euros, un tiers des parents demandent à payer en trois fois. Le prix du diesel est cette goutte de trop dans l’océan des « emmerdes » et des mépris reçus.

Notre gilet est jaune, mais il est vert aussi, rouge aussi, rose aussi. Notre gilet jaune n’est pas Marine Le Pen, toutes les couleurs de peau sont sur les barrages, tous les âges. Notre gilet est lourd des colères refoulées, longuement contenues, enfin dites.

La violence est dans les phrases du Président des riches : « Traverse la rue pour trouver un job », « Apprends à te nourrir tout seul », « Pognon de dingue des aides sociales », et tellement d’autres. La violence est dans les inégalités criantes, partout, inégalités fiscales, inégalités à l’école, inégalités entre « beaux quartiers » et territoires abandonnés.

Nous appelons les organisations de gauche et les inorganisés à se rencontrer, nous appelons certains à une trêve électorale, pour fabriquer ensemble un plan d’urgence sociale qui permettra aux salariés, aux précaires, aux retraités, aux locataires qui galèrent, aux étudiants pauvres, d’exister avec les moyens qu’il faut. Alors que l’argent dans ce pays ruisselle, mais du bas vers le haut, des pauvres vers les plus riches. Un plan Orsec d’urgence sociale. Vite. Avant d’être plus ambitieux, de rebâtir l’Etat social. Il est temps de converger, plus que temps vraiment, ou bien nous servons à quoi ? "


Répondre à cet article