Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMonde du travail
UNE PUBLICATION DE L’ASSOCIATION AUTOGESTION
HISTOIRE DES EQUITABLES PIONNIERS DE ROCHDALE
jeudi 30 novembre 2017
publié par Marc Lacreuse

UNE PUBLICATION DE L’ASSOCIATION AUTOGESTION :

à propos du livre :

"Histoire des équitables pionniers de Rochdale" de George-Jacob Holyoake

par Benoît Borrits

-------------------------------

Un livre qui date de 1890 sur l’histoire des pionniers équitables de Rochdale initiée en 1843. Il s’agit d’un témoignage d’époque qui bénéficie du recul des quarante premières années de cette expérience qui donnera naissance à une des plus importantes coopératives au monde : le Co-operative Group britannique.

- Un livre indispensable pour comprendre comment une expérience initiée au départ par des travailleurs s’est transformée en une pure coopérative d’usagers qui exclut de facto les travailleurs de la décision et des résultats. Un texte disponible gratuitement sur Internet (libre de droits) ou à acheter en tant que livre.

Les pionniers équitables de Rochdale sont parfois abusivement présentés comme les initiateurs du mouvement coopératif. La réalité est toute autre. Dans la diversité des premières expériences coopératives, celle de Rochdale est singulière en ce sens que, plutôt que de créer une coopérative de travail, des tisserands vont initier un rassemblement de consommateurs pour réunir un capital et ouvrir un magasin. Cette expérience va rencontrer un succès quasi-immédiat qui sera à l’origine du Co-operative group britannique qui emploie aujourd’hui plus de 70 000 salariés et regroupe plus de 4,3 millions de membres.

Ce texte est une traduction réalisée en 1890 par Marie Moret, assistante et compagne de Jean-Baptiste Godin, d’un livre de George-Jacob Holyoake, militant coopératif, partisan de la séparation de l’église et de l’État et inventeur du terme anglais « secularism ». C’est un témoignage vivant des premiers pas de cette expérience ainsi que des débats qui ont secoué celle-ci et dont les décisions expliquent la forme contemporaine de ce Co-operative group.

On suivra avec une attention toute particulière la formation de la société initiale largement influencée par les principes de Robert Owen, l’ouverture en 1844 du premier magasin de Toad Lane (la ruelle des crapauds) à Rochdale (dans les faubourgs de Manchester) et ce sentiment mélangé d’intimidation et de fierté vis-à-vis du chemin réalisé. Très vite, on comprend que cette expérience est un aller-retour permanent entre une volonté claire de transformation sociale de la condition ouvrière et le pragmatisme de la pratique commerciale. Très tôt, le principe de répartition des excédents en fonction des achats, et non des parts détenues, a prévalu, assignant au capital un rôle second dans l’entreprise. De même, on y lit la courte biographie de chacun des « vingt-huit pionniers », la difficulté des relations entre personnes qui n’a pas épargné la coopérative naissante, les difficultés du soutien financier de coopératives qui leur sont proches, la crise du coton de 1861 à 1864 ainsi que la formation de la centrale d’achats CWS (Co-operative Wholesale Society).

Le chapitre XI retiendra particulièrement notre attention car il a été déterminant dans l’orientation définitive de ce qui deviendra le Co-operative group. Le groupe initial a été conçu comme une coopérative d’usagers, à savoir une coopérative dont les membres sont les consommateurs. Il est à noter qu’à l’origine, les travailleurs sont aussi membres de cette coopérative mais leur pouvoir est de facto « noyé » par les consommateurs infiniment plus nombreux dans l’application de la règle « une personne, une voix ». Très vite, il était nécessaire d’étendre les principes coopératifs à la production en ouvrant deux filatures qui, dès 1854, faisaient tourner 50 000 fuseaux. Pour les « pionniers équitables », il était évident que, dans ces coopératives, une fois payé l’intérêt aux parts sociales, l’excédent devait être distribué aux travailleurs de celle-ci pour leur permettre d’améliorer leurs revenus. Mais c’était sans compter sur les nouveaux entrants qui avaient souscrit des parts sociales en masse pour le financement de ces filatures. Ils s’opposeront alors à l’idée de la distribution d’une part des excédents aux travailleurs estimant « que les travailleurs recevaient le prix de leur travail, et qu’on ne leur devait pas autre chose » alors que les Pionniers pensaient « que tous ceux qui ont contribué à la richesse doivent avoir part à la distribution. » En 1860, par 502 votes contre 162, l’assemblée générale de la Société coopérative manufacturière de Rochdale abandonne le principe de la distribution des excédents aux travailleurs.

Cette décision aura une incidence déterminante sur le développement ultérieur du mouvement coopératif. Alors que les pionniers de Rochdale tentaient de créer des structures permettant une coopération entre travailleurs et usagers qui se substituerait au marché et à l’entreprise capitaliste, cette orientation réduira les travailleurs à un rôle purement subordonné dans la coopérative d’usagers. Ce n’est qu’un siècle plus tard, avec la constitution d’Eroski comme coopérative mixte travailleurs-consommateurs dans les années 1960 au sein du groupe Mondragón, puis avec les coopératives sociales italiennes ou les Scic en France à partir de 2002, que les travailleurs retrouveront une place dans des coopératives destinées à l’usage. C’est la délibération par collèges – travailleurs, usagers et autres – qui permet de s’assurer que l’expression des travailleurs d’une coopérative d’usagers ne sera pas « noyée » par la règle « une personne – une voix ». Cela n’a malheureusement pas été institué à Rochdale. À noter toutefois que dans nombre d’entre elles, la question du partage des excédents avec les travailleurs ne se réalise toujours pas à la différence de ce qui se pratique dans les Scop et autres coopératives de travail.

- Ce texte est donc d’une importance capitale pour comprendre une des raisons de la structure actuelle du mouvement coopératif international : les coopératives de travail et les coopératives mixtes ne regroupent que quatre millions de travailleurs (chiffres Cicopa) alors que l’ensemble du mouvement coopératif international (chiffres www.ica.coop) en emploie plus de 250 millions. ----------------------

- Libre de droits, ce texte peut être chargé gratuitement en format PDF sur le lien suivant http://www.editionsducommun.org/dow... ou acheté en tant que livre auprès des éditions du commun : http://www.editionsducommun.org/his...

-------------

George-Jacob Holyoake Histoire des équitables pionniers de Rochdale Traduction Marie Moret, 1890 Editions du commun ISBN 979-10-95630-09-8 110 pages 6 euros

-------


Répondre à cet article