Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteExpressions
JACK RALITE EST MORT
HOMMAGES ...
dimanche 12 novembre 2017
publié par Marc Lacreuse

JACK RALITE EST MORT

HOMMAGES ...

---------------------------

Anicet Le Pors à Jack Ralite

La tristesse du départ de Jack ne saurait dépasser le sentiment qu’une vie flamboyante vient d’achever sa trace dans notre époque.

La trace de Jack c’est celle d’un homme du peuple qui aura témoigné des plus beaux sentiments. Un ami commun m’avait dit un jour : « quand il parle des fleurs s’envolent de sa bouche ».

Chacun connaît l’homme de culture, mais ce n’était pas seulement celle d’un érudit des plus grands auteurs, des plus hautes créations de l’esprit, c’était aussi le grand frère des artistes et des femmes et des hommes de la pensée militante en même temps que rationnelle et romanesque.

Nous avons vécu ensemble l’avènement de la gauche au pouvoir au cours des années 1970 et notre entrée au gouvernement en 1981 avec Marcel Rigout et Charles Fiterman. Cette expérience a renforcé une amitié demeurée vivace, jusqu’aux plus simples attentions : l’appel de Jack tous les 1er janvier dans l’après midi pour nous souhaiter une bonne année. Je disais à Jack, il y a peu, que je m’étonnais qu’il ait si peu écrit sur son combat pour la culture et sur les multiples facettes de sa vie.

Il m’avait répondu qu’il en était bien conscient mais que la masse de ses activités ne lui en avait pas laissé le temps. Il disait « Ma vie me brule le temps ». Il avait cependant décidé de s’atteler à ce travail dont il me disait qui était déjà bien avancé et qu’il pensait pouvoir achever d’ici six mois.

Comme tout au long de sa vie sans doute, le temps lui aura manqué pour accomplir l’immensité de ses projets et de ses rêves. Assurément Ils resteront dans les nôtres.

---------------------------

JACK RALITE , LIBRE ET FIDELE

par Roger MARTELLI ( revue REGARDS )

---------------------

Jack Ralite a été un des ministres des gouvernements Mauroy, député puis sénateur communiste et, longtemps, maire d’Aubervilliers. Roger Martelli de souvient d’un homme que la fidélité, l’acharnement et la liberté caractérisaient.

Il est en politique des hommes libres et des esprits flamboyants. Jack Ralite relevait des deux catégories. C’était un passionné, obsédé par la hantise de ne pas faire assez, dormant peu, téléphonant à toute heure, anxieux de la rigueur des idées qu’il exprimait.

Il ne pouvait parler en public sans au préalable consulter la terre entière, quêter l’approbation ou la critique, sans remettre sans cesse l’ouvrage sur le métier. Il était l’homme du verbe et de sa fluidité, laissant hélas peu d’écrits, quand il dévorait tant ceux de tous les autres.

Il était de ces rares politiques qui, quand il parlait de culture ou de création, le faisait de l’intérieur, sur la base d’une totale connivence et d’un respect absolu du travail dont il cherchait toujours à valoriser l’essence et non pas la simple apparence. Il était l’homme des citations, toujours étonnantes, jamais conventionnelles. Pourtant, jamais dans sa bouche la citation n’était là pour clamer la distinction de l’orateur, mais toujours pour mettre en avant la profondeur humaine et civique du créateur.

« Il était de ceux qui ne confondent pas la lutte des classes et la guerre de tranchées, la conviction et l’esprit de doctrine. »

La politique et la culture "à la Ralite" n’étaient pas subordonnées l’une à l’autre, mais elles s’entrelaçaient, se métissaient sans renoncer à leur spécificité. Aucun politique n’a pu ainsi engager politiquement autant d’intellectuels, d’artistes et de créateurs, sans les embrigader ni les utiliser. En les accompagnant, il les aidait simplement à être des citoyens, autonomes, responsables et solidaires.

Jack était un fidèle, à ses convictions communistes inextinguibles, à ses engagements, à ses amitiés que la dureté des combats politiques ne pouvait ébrécher. Il pouvait être sévère avec son camp, convaincu qu’il était que qui aime bien châtie bien. Mais il a toujours laissé au vestiaire la haine et le ressentiment. Il était de ceux qui ne confondent pas la lutte des classes et la guerre de tranchées, la conviction et l’esprit de doctrine.

Le critique théâtral Jean-Pierre Léonardini vient d’écrire de lui, dans L’Humanité, qu’il « n’a eu que des adversaires, jamais d’ennemis ». Sans doute, tout simplement, parce qu’il ne voulait pas voir des ennemis dans ceux-là même qu’il combattait.

Je tiens pour un privilège de l’avoir côtoyé, d’avoir partagé bien de ses combats communistes, officiels ou "refondateurs". « Allô, c’est Ralite, là »… Il commençait toujours ainsi ses entretiens téléphoniques. Il faut maintenant se résigner à ce que ce Ralite ne soit plus là.


Répondre à cet article