Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesInternational
Extrait d’un article de Loan NGUYEN paru dans l’Humanité / dans la série LES CARNETS NOIRS DE L’EVASION FUSCALE
L’EVITEMENT FISCAL : NIKE EST CHAMPIONNE !
vendredi 3 août 2018
publié par Marc Lacreuse

( EXTRAITS )

NIKE LA MARQUE VEDETTE CHAMPIONNE

DE L’EVITEMENT FISCAL

par Loan NGUYEN

( Humanité du 3 août 2018 )

------------------------------

" Autre grand vainqueur de la Coupe du monde de football, le numéro un

du vêtement de sport américain et sponsor de l’équipe de France est aussi

un champion de l’optimisation fiscale .

Des pratiques révélées grâce aux Paradise Papers - enquête menée par le

Consortium international des journalistes d’investigation ( Icij ) sur les

fuites venant du cabinet d’avocats Appleby basé aux Bermudes - en

novembre 2017 . Avec une croissance continue et des profits toujours plus

juteux - 4,2 milliards de dollars de résultat net en 2017 - , Nike a su

profiter des mécanismes de plusieurs paradis fiscaux pour faire chuter son

taux d’imposition . De son propre aveu, la multinationale consacrait 35°/°

de son bénéfice à l’impôt en 2006, contre 13,2 °/° en 2017 . " Soit un

niveau bien inférieur à celui de Google la même année ( 19,2 °/° ) , un

groupe pourtant réputé pour ses montages d’évasion fiscale " , notait

dans un rapport, en juin dernier, le collectif Ethique sur l’étiquette .

" De ce fait, Nike aurait réalisé un gain potentiel de plus de 6OO millions

d’euros par an sur les dix dernières années " poursuit l’association .

Jusqu’en 2014, l’ingénieux stratagème de l’éuipementier consistait à

facturer les achats réalisés par les consommateurs ou revendeurs au

siège européen de la marque, basé à Hilversum , au Pays-Bas. C’est

donc sur la base de la législation néerlandaise qu’était imposé le chiffre

d’affaires européen du groupe, ce qui aurait permis à Nike de faire

passer son taux d’imposition sur le Vieux continent de 25°/° - la

moyenne européenne en la matière - à 2°/°. En ajoutant un système

classique consistant à faire payer à certaines de ses filiales une

redevance pour l’utilisation des marques à une autre filiale du groupe

basée aux Bermudes, le siège européen de Nike aurait ainsi fait remonter

plus de 3,8 milliards de dollars dans l’archipel britannique célèbre pour

son absence d’imposition .

.../...

De l’autre côté de l’Atlantique , la marque à la virgule a également su

contourner ses obligations de contribuable en transférant une partie de ses

profits à l’étranger .

" A date de 2016, Nike avait réalisé 12,2 milliards de profits à l’étranger,

sur lesquels l’entreprise aurai du payer 4,1 milliards de dollars si elle avait

rapatrié ces profits " , faisait valoir fin 2017 l’Itep ( Institute on Taxation

and Economic Policy , un think thank américain non partisan ) . Une

habileté qui a évidemment un coût pour les Etats lésés, mais aussi sur la

chaîne de production et de distribution . " Les montants annuels de

l’évasion fiscale de Nike estimés par les journalistes de La Tribune de

Genève - 60 millions de dollars par an en moyenne - correspond à ce

qu’il faudrait pour assurer des salaires vitaux à 287 000 ouvrier.ère.s

au Vietnam et 241 000 ouvrier.ère.s en Indonésie " , estime par exemple

le collectif Ethique sur étiquette . "

Loan NGUYEN


Répondre à cet article