Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesConstruction des savoirs
ESSAI
" POURQUOI LA SOCIETE NE SE LAISSE PAS METTRE EN EQUATION "
de Pablo JANSEN ( au Seuil, collection " Science ouverte " " )
jeudi 12 avril 2018
publié par Marc Lacreuse

ESSAI :

" POURQUOI LA SOCIETE NE SE LAISSE PAS

METTRE EN EQUATIONS "

de Pablo JENSEN

------------------------

( présentation par Sylvestre HUET

L’Humanité du 11 avril 2018 )

-------------

" Le " big data " peut-il permettre de " mettre la société en équations " ?

Et étendre au social, voire au politique, la performance des sciences de la

nature, qui, depuis Galilée, en ont construit une compréhension telle

qu’ordinateurs, fusées et GPS en sont issus . C’est l’ambition de

scientifiques européens qui réclamaient 1 milliard d’euros à la Commission

européenne pour développer " une nouvelle approche scientifique et

technologique pour gouverner notre futur " à l’aide d’un " simulateur

terrestre alimenté par des milliards de données individuelles et

environnementales chaque seconde " .

Ils n’ont pas convaincu et sont repartis sans milliard.

Cela n’attriste pas Pablo Jensen, qui cite cet épisode à l’orée de son livre.

Car Jensen, physicien devenu sociologue, est, lui, convaincu de ce que

" nous ne sommes pas des atomes sociaux " .

Son livre est consacré à nous en faire la démonstration a contrario, en

dressant, par de courts chapitres, un éventail large - de l’économie à la

santé en passant par les élections - des tentatives de mettre la société en

équations et d’en prévoir l’évolution .

La liste des échecs est longue, parfois amusante lorsqu’elle démonte les

prétentions maladroites du physicien Serge Galam à produire une

" physique sociale " .

Elle surprendra les geeks qui en sont restés à l’idée que Google prédit

mieux que les épidémiologistes l’évolution des grippes saisonnières .

L’irréalisme des mises en équations des comportements individuels

censées augurer des évolutions économiques ... et qui n’ont jamais

été capables d’annoncer krachs boursiers et récessions fera sourire.

Ces histoires où une expérience bien conduite est plus instructive

qu’une masse de données rappelleront que réfléchir avant de compter

n’est pas une mauvaise stratégie .

Au total, le lecteur prend une bonne leçon de regard critique, utile en

ces temps où chiffres et statistiques sont utilisés pour duper . "

Sylvestre Huet

-----------------------

Références du livre :

POURQUOI LA SOCIETE NE SE LAISSE PAS METTRE EN EQUATIONS

Pablo JENSEN

Seuil / collection " Science ouverte " .

-------------------


Répondre à cet article