Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesEducation Populaire & Palestine
Palestinien en Israël : Jonathan Cook
Par Jacqueline Butaeye
dimanche 19 novembre 2017
publié par Madeleine Abassade

Nous rencontrons Jonathan Cook, journaliste et écrivain né en Angleterre.

Marié à une Palestinienne, il vit à Nazareth . Père de deux enfants, il craint pour leur avenir.

Il existe deux formes d’apartheid nous explique-t-il :
- l’un trivial dit visible où la loi impose la séparation dans les restaurants, les lieux publics.

- l’autre où une partie de la population contrôle l’économie vitale : l’eau, la terre. L’apartheid visible a plus ou moins disparu pour faire place au 2e . Les Palestiniens d’Israël n’ont pas accès aux bonnes terres. Ils ont perdu leurs terres et leur travail. Les familles chassées en 1948 étaient celles qui travaillaient la terre. Aujourd’hui, contraints de vivre dans le béton, dans un espace fermé il leur est interdit de cultiver et ils dépendent entièrement des productions israéliennes.

Les exploitations juives sont intensives et utilisent l’eau qui descend du Golan pour l’irrigation. Cette eau est revendue aux Palestiniens au même prix pour l’irrigation que pour la consommation. L’agriculture sèche beaucoup moins productive ne peut concurrencer l’agriculture intensive.

530 à 600 villages ont été détruits en 1948. Pour dissimuler les crimes de guerre et cacher le nettoyage ethnique, les arbres cultivés : oliviers, citronniers,figuiers, amandiers, noisetiers ont été remplacés par des pins.Il y a une politique systématique pour interdire tout retour et cacher la vie d’avant.

« Les parents mourront, les enfants oublieront » déclarait Ben Gourion.

Les jeunes repolitisent la Naqba : le 15 mai commémoration de la catastrophe de 1948. Il y a 15 ans, ils étaient quelques milliers de personnes âgées. Aujourd’hui, ils sont plusieurs dizaines de milliers de jeunes.

La Naqba, criminalisée par Israël, unifie car tous les Palestiniens ont souffert. Ils créent des ponts entre toutes les communautés pendant qu’Israël les fragmente.


Répondre à cet article