Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMouvements sociaux
Collectif ’’Changer de cap" / Lettre n°7.
Un an aprés : les Gilets jaunes plus que jamais présents.
mardi 19 novembre 2019
publié par Christian Maurel

Lettre n°7 19 novembre 2019.

Un an après, les Gilets jaunes plus que jamais présents.

Convergence et renouvellement.

Du 15 au 17 novembre, le week-end anniversaire du mouvement des Gilets jaunes a marqué leur grand retour médiatique. Médiatique aussi car depuis avril 2019, la stratégie du pouvoir se résumait en un seul mot : rendre le mouvement invisible, alors que les gilets jaunes n’ont manqué un samedi de mobilisation depuis 53 semaines. Après les pics de répression, l’heure était à ne plus montrer aucun gilet jaune dans les médias. Malgré cela, l’opinion publique réaffirme son soutien au mouvement : le 21 novembre, 70 % des français approuvent le movement des gilets jaunes.

Car les faits sont là : depuis un an, le cap n’a pas changé. Les droits régressent, les hôpitaux se meurent, le Titanic continue sa route malgré la multiplication des conflits. Les hausses de prix, ultimes provocations, reviennent de plus belles (électricité 6%, gaz 3%). Il n’est donc pas étonnant qu’une grande partie du territoire se repeuple de jaune ce week-end. Face à ce retour, le pouvoir a choisi la carte de la dispersion et de la violence, remettant une fois de plus en cause le droit de manifester. : en dépit de manifestations autorisées la Préfecture a interdit des parcours à la dernière minute, comme place d’Italie à Paris, soumettant des milliers de gens déjà rassemblés à une répression devenue habituelle.

Du 1er au 3 Novembre, la 4ème Assemblée des Assemblées des Gilets jaunes, à Montpellier, a marqué une nouvelle étape du mouvement. Au gré des débats et des rencontres, on voit que la détermination et l’enthousiasme des débuts du mouvement ne sont en rien entamés. Une grande place a été donnée au travail par petits groupes. Cette méthode a été féconde et porteuse de créativité, même si du progrès reste à faire dans l’apprentissage des synthèses. L’assemblée s’est focalisée sur deux textes forts : l’anniversaire du mouvement – pari réussi – et l’appel à participer à la grande mobilisation du 5 décembre

A Montpellier, il est apparu que de plus en plus les Assemblées locales évoluent vers des collectifs qui s’élargissent à d’autres mouvements. L’assemblée des assemblées devient un village d’échanges d’expériences et de contacts. Le Collectif « Changer de cap », trouve toute sa place dans ces évolutions, qu’il avait anticipées depuis plusieurs mois.

Le site Changerdecap.net est aujourd’hui opérationnel. C’est un espace de mutualisation et de convergence des informations et des réflexions. Vous y trouverez plusieurs dizaines d’exemples d’actions porteuses d’alternatives, de territoires en démocratie directe, un recensement des collectifs citoyens en cours de constitution est tenu à jour.

Les appels à la grève interprofessionnelle du 5 décembre se multiplient.

Les appels à la grève à partir du 5 décembre se multiplient. Dans un communiqué commun, les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, Unef) appellent à «  construire un plan d’action contre le projet de réforme de retraites par points, et appellent l’ensemble des salariés du secteur privé et public «  à une première journée de grève interprofessionnelle, le jeudi 5 décembre 2019.  ». Les syndicats de cheminots et de la RATP ont appelé à une grève reconductible.

La 4ème Assemblée des Assemblées des gilets jaunes a appelé le 3 novembre les Gilets Jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur les ronds-points, avec leurs Gilets bien visibles. Elle estime, après une année de mobilisation acharnée, que l’heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes, et appelle à un rassemblement du peuple français dans toutes ses composantes : paysans, retraités, jeunes, artistes, petits artisans, ouvriers, chômeurs, précaires, travailleurs du public comme du privé….

La multiplication des collectifs citoyens locaux.

De très nombreux collectifs citoyens locaux se constituent aujourd’hui, sur des territoires de toutes dimensions. Le Collectif « Changer de cap » se réjouit de cette floraison, qui répond à l’appel qu’il avait lancé en juillet dernier. Ces collectifs locaux ont des objectifs diversifiés : réaliser des alternatives concrètes, participer aux luttes, développer des démarches d’éducation populaire, réinventer la fraternité et la bienveillance, constituer des listes citoyennes.

- 3 novembre : création du syndicat de la Montagne Limousine.

« Nous ne voulons plus être les éternels spectateurs et spectatrices d’un monde qui n’en finit pas de s’effondrer. Aucun gouvernement n’apportera plus de solution. Il est temps de porter nos espoirs et nos forces ailleurs ».

Le 3 novembre, est né le Syndicat de la Montagne limousine à Peyrelevade. Un syndicat mis en place comme une coopérative d’habitants « pour se regrouper sur le territoire que nous habitons et défendre nos intérêts communs. Une force collective qui soit plus que la somme des parties qui le constituent, et qui puisse s’opposer aux puissances qui façonnent sur notre dos l’avenir du territoire, les banques, les administrations diverses, les lobbies économiques locaux, régionaux, internationaux… »

En juillet dernier, 200 personnes s’étaient retrouvées pendant 3 jours pour créer une dynamique commune. La montagne Limousine et le plateau de Millevache sont de longue date des lieux de mobilisation ou fleurissent de nombreuses expériences d’économie solidaire, d’agriculture paysanne, de démocratie participative à l’échelle des villages. Les gilets jaunes et les luttes contre les fermetures de services publics mobilisent depuis un an une autre frange de la population.

- Archipel citoyen, à Toulouse, un processus participatif à l’échelle d’une grande ville.

L’archipel citoyen à Toulouse a réussi à constituer le 21 octobre une liste de 69 candidats par un processus participatif, à partir d’une première liste de 100 candidats, simples citoyens, représentant de partis politiques écologistes, insoumis ou anciens membres du parti socialiste. 9 des candidats ont été tirés au sort et ont accepté. Archipel Citoyen fait la démonstration qu’il est possible de réunir les mouvements citoyens, les partis politiques et la société civile autour d’une démarche commune, de valeurs qui rassemblent et d’une co-construction programmatique ».

La démarche s’inspire de différentes réflexions sur le municipalisme et sur l’expérience antérieure développée par Pierre Cohen, maire de Toulouse de 2008 à 2014. Du fait de sa formalisation et de la qualité de sa réflexion, la démarche est reprise par plusieurs autres collectifs. Voir le site d’archipel citoyen, qui précise le processus de désignation des candidats, un manifeste des valeurs, un code d’éthique, le un programme démocratique et un programme thématique.

- Dynamique unitaire et citoyenne à Chambéry.

Une dynamique unitaire se met en place entre l’initiative de Grand Chambéry solidaire, portée par des citoyens de toutes les générations, dont beaucoup viennent du syndicalisme, de l’associatif, du socioculturel, de mouvements citoyens, des gilets jaunes, du PC, et le mouvement citoyen « Grand Chambéry 2020 », animé par les Verts et la France insoumise..

L’organisation s’inspire de celle de Toulouse : tirage au sort, absence de logos des partis, primauté donnée à la participation citoyenne, propositions produites en réponse aux questions concrètes des habitants en matière de services publics, habitat, commerces, solidarité, action économique. Le 25 novembre une assemblée générale s doit choisir le nom. Les gilets jaunes se fondent dans les luttes en cours. Il n’y a pas de souci de l’identité et de l’étiquette, car l’important est d’agir ensemble.

Ce travail repose sur la démarche citoyenne commencée par Chambéry Cap à gauche il y a 5 ou 6 ans (forte présence dans les quartiers populaires, actions revendicatives contre les fermetures de services publics) et sur la réflexion menée depuis 18 mois. Voir le site de Grand Chambéry citoyen.

Des démarches similaires sont entreprises à Périgueux, Quimper, Chelles, Pantin, etc. Toutes s’appuient sur des assemblées de citoyens ouvertes à tous, avec des commissions thématiques, pour établir un diagnostic élaboré à partir des besoins et des attentes des habitants, proposer des solutions co-construites et débattues avec tous, un souci de transparence et d’éthique qui se traduit dans une charte. La désignation des candidats peut faire appel en partie à un tirage au sort. Des référendums locaux sont parfois prévus, de même que la possibilité de révoquer les élus à mi-mandat ou l’élaboration d’une constitution municipale écrite et votée par les habitants.

Les liens directs établis avec 35 collectifs locaux permettent de faire circuler les idées, les informations et les pistes d’actions. Faites nous part de votre action, rejoignez-nous sur Changer de cap /participer

L’actualité des luttes.

Ne boudons pas notre plaisir ! Nous enregistrons ce mois-ci une série de victoires qu’il convient de souligner. Ces succès en annoncent d’autres possibles, sur ADP, sur les retraites, et dans de nombreuses villes où des logiques de rassemblements se mettent en place. Après Notre-Dame-des-Landes, ils montrent que la mobilisation dans la durée sur des objectifs clairs permet de gagner la bataille des représentations et de remporter des victoires.

- L’abandon d’Europa City, une grande victoire, mais la mobilisation continue.

Emmanuel Macron annoncé le 7 novembre l’abandon pur et simple du projet d’Europa City. Ainsi, la mobilisation des opposants a une raison de ce projet pharaonique, qui associait Auchan et un investisseur chinois. Nous ne reprendrons pas toutes les aberrations de ce projet : hyper-concentration, massacre de terres agricoles, accroissement de la circulation automobile et de la pollution, etc.

Mais le gouvernement annonce vouloir le remplacer par un autre projet, et a maintenu la construction d’une gare qui ne se justifie que par le bétonnage du triangle de Gonesse. La large coalition qui s’opposait au projet a gagné une grande bataille. Mais la mobilisation reste de mise.

Les mouvements écologiques et citoyens proposent un projet alternatif de valorisation des terres agricoles, Carma (Coopération pour une Ambition agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir) qui constitue un projet phare de transition écologique Il est essentiel de soutenir le projet.

- Saint Etienne. Victoire contre Serenicity, le flicage des voix dans les quartiers.

Le maire de Saint-Etienne avait lancé un projet d’implantation de micros et de reconnaissance des voix dans les rues de Tarentaize-Beaubrun, l’un des quartiers les plus pauvres de la ville pour « prévenir les délits ». Le projet Serenicity d’écoutes dans la rue vient d’être abandonné, après un combat de plusieurs mois mené par le collectif « Halte au contrôle numérique » et la mobilisation militante (LDH, Alternatiba, StopLinky5G Loire,…).

Ce combat précurseur a été gagné, grâce à l’aide de la Quadrature du net, qui a fourni la doc de départ sur l’ensemble du projet, et a accompagné l’action sur le site Technopolice. L’action de la CNIL a également été déterminante. Celle-ci a délivré un avertissement très argumenté contraignant le maire au retrait du projet.

Le combat citoyen contre les smart-cities ne fait que commencer, et sera l’un de combats majeurs des prochaines années (avec l’accueil des migrants, la lutte pour l’égalité, le réchauffement climatique…). La caricature voudrait que seule la Chine connaisse cette dérive totalitaire : un rapport du Carnegie Endowment for International Peace, montre que ces technologies de surveillance par Intelligence Artificielle sont déjà présentes dans au moins 75 pays sur 176 dans le monde, particulièrement en Europe occidentale.

- 22 octobre : succès du 1er Référendum d’initiative citoyenne à Grenoble.

Un premier référendum d’initiative citoyenne a été organisé du 14 au 20 octobre par les associations du quartier de la Villeneuve, à Grenoble, afin de voter pour ou contre la destruction des logements sociaux de la galerie de l’Arlequin, qui constitue le centre et lieu symbolique de la vie associative et citoyenne de la Villeneuve. Les habitants se sont opposés à près de 70 % cette destruction. Au vu de ces résultats, les organiseurs demandent l’arrêt des démolitions et l’organisation d’un débat public en novembre prochain.

La ville de Grenoble dit que la loi lui interdit un tel débat en période pré-électorale, tout en rappelant que la Ville se bat contre l’ANRU pour la réhabilitation et non pas la démolition.

50 habitant.es et bénévoles se sont impliqués, sans aucun moyen financier, pour mener une campagne exemplaire : information approfondie, feuilles d’émargement, demande de justificatifs aux votants, tenue des bureaux de vote par des assesseurs, dépouillement public, suivi des recommandations CNIL… !

- Référendum ADP : Signez et faites signer, pour dépasser le million de signatures !

Selon les derniers pointages, le Conseil Constitutionnel a enregistré 924 000 signatures à la date du 8 novembre. Ce résultat a été atteint malgré l’absence totale d’information, dénoncée par Anticor et par une procédure complexifiée à dessein.

Ces atteintes à la démocratie participent, avec les violences policières et l’intensification de la propagande pro-gouvernementale dans l’immédiat, de la dérive autoritaire du capitalisme qu’on observe dans de nombreux pays, et en France en particulier.

Nous devons être plus forts que ces obstacles. Le seuil d’un million de signatures est un seuil symbolique qu’il est indispensable de dépasser le plus largement possible. De nombreux groupes se mobilisent à nouveau après pour multiplier les signatures contre la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP).

Agenda, livres, vidéos.

-Instants d’humanité dans les Alpes de Hautes Provence, un très bel hommage aux gilets jaunes.

Ce livre d’une grande qualité artistique et poétique rend hommage aux gilets jaunes de Haute-Provence, « aux utopistes irréductibles, aux militants de la beauté pour tous, au poète et politesse à l’affût, à tous ceux qui ont pris de vrais risques pour leur vie quotidienne face et une répression hors du commun ».

Un dialogue entre des textes d’Hubert Blond et de magnifiques photographies de Sandy Rousson, tous deux gilets jaunes, montre l’humanité et la fraternité d’un mouvement qui constitue une immense source d’espoir. « Ce livre est un modeste témoignage des rencontres, des solidarités, des opinions, des actions et des revendications qui se sont exprimées à Forcalquier et dans les Alpes-de-Haute-Provence depuis le début du mouvement. Les auteurs sont convaincus que les slogans, les mots et les photos sont des armes de construction massive, non-violentes mais puissantes ». 18 euros, Éditions A façon, Forcalquier.

- Un livre d’ATTAC : Toujours plus pour les riches. Manifeste pour une fiscalité juste.

Affaires Cahuzac, « LuxLeaks », « Panama Papers », « Paradise Papers »… Les scandales financiers se succèdent, révélant les stratégies des multinationales, des grandes fortunes et des puissants pour échapper à l’impôt. Si les plus riches s’affranchissent de leur contribution au bien commun et aux services publics, c’est le consentement général à l’impôt qui est affaibli. 13,80 euros, coordonné par Isabelle Bourboulon, Vincent Drezet et Dominique Plihon.

- Prise de terre(s), Notre-Dame des Landes, été 2019.

Ce petit livret, produit par les occupant de Notre-Dame des Landes, est à la fois très bien écrit, lucide, et éclairant sur le sens de l’expérience de NDDL. Il pose toute une série de questions fondamentales sur les relations de l’homme et de la nature. « Depuis les origines, la question foncière est au cœur de la bataille de Notre-Dame des Landes. Aujourd’hui, nous continuons inlassablement la lutte pour la défense du bocage et de la Terre comme biens communs contre l’accaparement, l’agriculture industrielle, et surtout pour expérimenter des usages communs qui rendent possible l’autonomie des habitants et des paysans et de la terre dans une relation symbiotique.

* Faites nous part ici de vos questions, critiques, propositions : Contactez-nous sur contact@changer2cap.com


Répondre à cet article